La Corogne et Viveiro

La Corogne et Viveiro

Départ dans le brouillard ce matin du 15 Juin pour la Corogne. La Corogne, un îlot rocheux relié à la terre par un isthme étroit. la ville était déjà importante sous l’empire romain et elle fur le point de départ de l’invincible Armada formidable flotte qui comptait 130 vaisseaux de guerre vers l’Angleterre pour venger la mort de Marie Stuart. Ce fut un échec cinglant et la moitié de la flotte disparut.
Face au port (dans le brouillard) de magnifiques façades hautes couvertes de galeries (plutôt balcons) vitrées présentent le visage le plus caractéristique de la Corogne et de l’architecture urbaine galicienne. Ne pas rater de déambuler dans la belle avenue de la Marina qui longe le port, en passant par la place Maria Pita, vaste endroit piétonnier (c’est cette dernière qui empêcha le corsaire anglais Drake de pénétrer dans la ville en escaladant les murs d’enceinte). Une ville bien agréable à visiter.
Par contre c’est galère pour se garer surtout pour les camping-car ; la solution la plus simple et gratuite est de se garer au marché à poissons (mercatto sardiniéri) même si c’est loin du centre.

Place en face le port
Place en face le port
Place Maria Pita
L’opéra

Puis après une route pénible jusqu’à Ferrol, direction la ria de Viveiro par une route bucolique et son camping qui a l’immense mérite d’être à 10 mn à pied de la ville. Une belle petite ville sans beaucoup de touristes, un mélange de mer, de montagne et de campagne comme beaucoup en Galice de villes de bord de la mer.
Pas beaucoup de photos du trajet ou des rias because brouillard (ou brume) persistant. Il ne fait pas très chaud : 24 ° maxi. On aurait presque froid et souvent la petite laine s’impose.

Porte de la vieille ville avec blason de Charles Quint
Praza Maior
Sculptures

Et pour vous donner une idée des processions et de leur ferveur qui ont lieu ici deux photos d’une expo

Procession 2016
Rias Altas

Rias Altas

Du soleil pour démarrer ce 14 Juin pour visiter Muros un joli port avec sa ria. Belles maisons typiques en granit.

Encore du soleil jusqu’à Carnota, puis la brume est arrivée avec une température dépassant à peine 20° alors que le reste de l’Espagne souffre de la canicule. C’est vraiment bizarre !

Pour les déchets de la mer

Ensuite toujours sur la belle route qui longe la mer le joli village de pêcheurs de Corcubion avec toujours ces belles maisons en granit. Une surprise pour les français que nous sommes : les villages qu’on traversent ne font pas stations balnéaires.

Puis dans le brume le cap Finisterre (vue limitée) avec un nombre incalculable de marcheurs pour y accéder (très peu de voitures), beaucoup avec la coquille. D’après la légende c’est là que l’apôtre Jacques serait arrivé par lamer.

Pour finir le camping de baldaio sur la côte de la mort ; de nombreux échouages sur cette côte sauvage aux paysages austères et grandioses, battue par les tempêtes. Un accueil plutôt frais (comme le temps) et très peu de touristes étrangers. Promenade dans la belle lagune près du camping et sur la plage. A propos ici la plage se dit praia et non playa ( il s’agit du galicien qui se rapproche du portugais et c’est plutôt l’inverse d’ailleurs).

La nuit va être fraîche et humide avec toujours cette brume.

Saint jacques de Compostelle

Saint jacques de Compostelle

Ce 13 Juin au départ de Ribeira pour Santiago sous le soleil. Un petit tour au mirador de la Curota et une belle route côtière pour des pèlerins comme nous.

Saint Jacques, troisième grande ville de pèlerinage au monde. C’est encore aujourd’hui l’une des cités les plus remarquables d’Espagne. Ses quartiers anciens, ses nombreuses églises, en font un lieu mystique et incontournable.
Une notoriété depuis le IX siècle après la découverte de l’endroit où reposait le corps de saint Jacques (une étoile révéla à des bergers cet emplacement). Ce pèlerinage prit de l’importance à partir du XI siècle au moment ù le voyage en terre sainte devint périlleux.
La cathédrale date presque entièrement du XI et XIII. L’intérieur de la cathédrale est vaste permettant la déambulation des pèlerins. Le sanctuaire est d’une exubérance surprenante dans le cadre roman de cette église. Tout est d’une admirable sobriété à part cet autel. Il y réside une certaine majesté. Evidemment on y croise un nombre important de pèlerins ; certains fatigués, d’autres en pleine allégresse si ce n’est plus. Ils font tous la queue pour aller dans la crypte pour voir les restes de l’apôtre. Une ambiance un peu spéciale y réside.
Tout le quartier autour de la cathédrale vaut le coup notamment les deux places magnifiques :la place d’Espagne et la place de la Quintina.
Saint Jacques de Compostelle est une belle ville et vaut le coup d’être vu (une journée suffit).

Place d’Espagne
Cathédrale
Cathédrale
Cathédrale
Maître-autel Cathédrale
Jacky et ses nouvelles copines

Puis direction les Rias Altas et plus particulièrement le camping SanFrancisco près de Muros (qu’on visitera demain). Plage et baignades obligés car il commence à faire chaud.

Au fait vous savez pourquoi la coquille est l’emblème du pèlerin ? Lors de la reconquête et de la lutte contre les infidèles un certain seigneur de Pimentel contraint de traverser un bras de mer à la nage s’est retrouvé couvert de coquillages ; la coquille devint alors le symbole tangible que tout pèlerin doit porter

Rias Bajas 2

Rias Bajas 2

Ce 12 Juin toujours les Rias Bajas en suivant bien sûr le plus possible la côte. Du vent pour démarrer comme souvent d’ailleurs dans le coin. Un premier arrêt à la station balnéaire huppée de A Toxa dans un site remarquable après une belle route côtière.

Pont A Toxa
A toxa
A Toxa
A Toxa

Deuxième arrêt à Cambados avec son superbe quartier ancien et son beau bord de mer

Puis Villagarcia de Arousa, station balnéaire qui a perdu de sa superbe. Sa promenade du bord de mer qui fut magnifique vieillit bien mal. A ce propos ne faîtes pas comme nous ne mégottez pas sur les guides et acheter du neuf ! Cette promenade était marquée comme exceptionnelle sur un guide qui datait !
Puis direction Ribeira, un port important et son camping au dessus d’une plage quelque peu bondée (on est dimanche !). Baignade bien sûr et petite promenade dans les rochers avec un air de Ploumanach.

Promenade à Ribeira mais franchement ce n’est pas une nécessité ! Et comme tous les soirs le vent se lève et refroidit l’atmosphère. Demain on joue aux pèlerins.

.

Rias Bajas

Rias Bajas

Ce 11 Juin direction l’océan et plus particulièrement les rias bajas sur la côte galicienne, le visage le plus ruant de la galice. Ces échancrures (rias) proposent des abris sûrs aux bateaux et de belles plages aux estivants pour la plupart espagnols.
D’abord Pontevedra avec ses beaux quartiers anciens, ses places magnifiques et son nouveau centre bien animé (se garer est un vrai sport). Une belle découverte.

Eglise Sanfracisco (créée par Saint François d’Assise ?)
Plaza de la Lena

Un petit tour à Coto Redondo pour ses points de vue sur les rias de Vigo et Pontevedra. Dommage le mirador est hors d’usage.

Ria de Vigo

Puis la côte de ria de Pontevedra jusqu’au camping de PortoNovo (plus de 40 € en basse saison !) ; une côte de temps à autre belle comme à Sanxexo mais un peu trop d(immeubles quand même. Une belle plage de sable fin à Porto Novo (et un bon bain pour Catherie malgré la température de l’eau ; jacky s’est un peu mouillé quand même) et pas grand chose d’autre si ce n’est un petit verre de vinho verde.

Vers l’espagne

Vers l’espagne

Avant de quitter ce pays qu’on aime et apprécie ce 10 Juin, une rando dans le parc Da Paneda Geres à partir de l’église de Ambos os Rios vers Ermida prévue pour six heures. Trop chaud (on est parti trop tard, le camping n’ouvrait ses portes qu’ 8h30) on est pas allés au bout mais on a découvert des villages hors du temps comme Lourido. Un environnement qui pourrait rappeler les Cévennes granitiques mais en plus vert et même beaucoup plus vert ; l’eau ne manque pas ici !

Et aussi les Espigueiros petits greniers en bois ou granit. perchés sur des colonnes (pour être hors de portée des poules et des rongeurs) et dotés de lamelles d’aération ils permettent ainsi la conservation du blé, des céréales et du mais.

Puis direction l’Espagne en passant par Mancao. Une belle route au Portugal et aussi en Espagne avec toutes ses vignes hautes (même à quelques mètres du sol) dont on tire le Vinho verde ; le raisin est récolté avant maturité et fermenté en bouteille ce qui le rend légèrement pétillant. Dans le Minho c’est du vin blanc. Un petit camping sympa toujours dans la montagne à Maceira. En dessous du camping une superbe aire de baignade avec de l’eau bien fraîche. Catherine a pris son pied. Ce soir menu d’exception : raviolis

Minho – Vers le parc da Peneda-Geres

Minho – Vers le parc da Peneda-Geres

Ce 9 Juin le temps se met au beau et on peut se rendre dans la parc de Peneda-Geres. Un premier arrêt à Barcelos et son coq de la liberté. Une belle légende : un pèlerin de Saint Jacques (c’est vrai que le chemin portugais de Saint Jacques est bien emprunté) accusé de vol d’un coq et condamné à être pendu, assure que le coq qui va se trouver sur la table du juge se mettra alors à chanter (grâce à saint Jacques bien sûr) et c’est ce qui arriva et le pèlerin fur remercié. Bien plus tard le coq de Barcelos sera repris par les opposants à Salazar. Ce coq est l’emblème de Portugal, il incarne la fierté de ce peuple et son désir d’indépendance.
Un très beau marché hebdomadaire (où l’on vend de tout), l’un des plus importants du Portugal, se tient tous les Jeudis. Quelques achats dont une paire de basket à 10 € (tout est à 10 € d’ailleurs), des plats, …

Puis le joli bourgade de Ponte de Lima et son pont romain remanié au XIV. Un pont qui joua un rôle important dans la défense du Minho contre les maures. Très agréable promenade dans les rues de la ville.

Du monde sur le chemin de Saint Jacques

Couchage au camping Limaescape à Ambos os Rios qui se spécialise dans le Glamping comme pas mal d’autres campings d’ailleurs (bungaows, super tentes, ….).
Demain on s’essaie à une rando dans la parc. Il sera difficile de camper car tous les campings seront pleins pour le week-end. On verra bien ….

Porto sous la pluie

Porto sous la pluie

Un temps plus que maussade pour visiter Porto ce 8 Juin par le métro (ligne B) à partir de Vila do Conde (10 € par personne) ; un métro cool, décontracté et bien agréable. Arrivée à la station centrale Trindade au bout de 45 mn.
Porto une ville individualiste qu’on avait bien aimé bien que difficile à cerner avec quelquefois une architecture déroutante . Rien que pour son site surplombant l’embouchure du Douro elle mérite le détour.
De tout temps une ville tournée vers la mer et le commerce.
On adore traîner dans les ruelles des quartiers populaires de la vieille ville comme le Barredo en dessous de la cathédrale ou le quartier traditionnel de Ribeira au bord du fleuve (un peu plus touristique quand même).

Aperçu de Porto
Aperçu du pont Luis 1
Le quartier de Ribeira
Le pont Lois 1 et Ribeira
Maisons des quais de Ribeira
Rue de la vieille ville
Rue de la vieille ville avec intrus
Le Porto dans la quartier de Vila Nova de Gaia

Il ne fut pas oublier bien la Sé cathédrale forteresse avec du baroque et encore du baroque (pas notre tasse de thé) et son beau cloître gothique.

Dans la quartier haut, le Porto fin de siècle, la gare avec ses magnifiques azuléjos populaires et historiques et l’hôtel de ville

Hôtel de ville
Eglise place de l’hôtel de ville
Porto fin de siècle ville haute

En tout cas une ville qu’on aime malgré et peut être à cause de tous ses défauts. On reviendra pour aller plus loin dans la découvert.

Vers l’Atlantique – Vila do Conde

Vers l’Atlantique – Vila do Conde

Ce matin du 7 Juin le soleil est enfin là et direction l’océan et plus particulièrement la petite station balnéaire de Vila do Conde bien tranquille et sympa. Un tour dans la ville avant de rejoindre le camping vraiment pas terrible avec très peu de places pour les itinérants (c’est d’ailleurs de plus en plus le cas dans tous les campings au bord de la mer). Un océan de caravanes et d’installations fixes à l’année pas très réjouissant, mais on y reste car on peut de la ville prendre facilement le “métro” pour aller à Porto demain.
Belle plage par contre juste derrière le camping. Baignade pour Catherine et promenade le long de la plage. Une journée bien tranquille en somme !

Journée baroque à Braga

Journée baroque à Braga

Journée baroque ce 6 Juin. Tout d’abord le baroque réussi : le bom Jesus do Monte, un gigantesque escalier à double rampe. Une mise en scène baroque du XVIII pour la montée au ciel, avec au sommet l’église (néoclassique).
Un parcours initiatique qui permet au pèlerin de s’élever vers Dieu (il doit se faire à genoux évidemment). D’abord ,après la fontaine des cinq plaies du Christ, l’escalier des cinq sens avec fontaine à chaque station, où il fait vœu de renoncer aux plaisirs terrestres. Ensuite l’escalier des trois vertus incitant à acquérir des vertus théologales : la foi, l’espérance, la charité. Il reste alors au pèlerin à acheter (rien n’est gratuit !) son pesant de cierges et à les offrir à l’église ou il pourra pénétrer purifié. Et aussi bien sûr des chapelles parsemant le parcours.
Rassurez-vous on n’a pas adhéré ! L’ensemble est vraiment esthétique.

Fontaine des cinq plaies du Christ

Fontaine des sens : la vue
Circuit d’eau
Chapelle de la descente de la croix

Ensuite Braga et le baroque aussi (et pas mal de rococo) et quelque fois moins bien réussi comme dans la cathédrale majeure. Il y a dans cette ville un nombre incalculable d’église ; on la surnomme “La Rome portugaise”. En tout cas une cité bien pieuse, qui avait hier encore une réputation de conservation pure et dure mais qui s’ouvre depuis l’installation de plusieurs facultés non catholiques. Une cité vivante et intéressante à visiter.

Orgue baroque Sé
Jardin palais épiscopal

Retour au camping de Penha, lessive et repos avant de rejoindre demain l’océan. Petite promenade dans les rochers proches du camping. Le temps est toujours moyen et la température un peu fraîche mais il ne pleut pas.