Fin du voyage

Fin du voyage

La fin de notre périple 2019 : l’Argonne, la Champagne et la Brie pour rentrer chez nous à Bois le Roi.
Toujours ce sentiment partagé à la fin de chaque voyage : une certaine tristesse et un certain vide inhérents à la réalisation d’un projet, mais aussi la satisfaction de l’avoir fait, la joie de retrouver son chez soi, sa famille (notamment sa petite fille), ses amis, ses habitudes (bof), ses ennuis (la machine à laver ne fonctionne plus), ses choses à faire dans l’urgence, …

Un peu tôt pour évoquer tous nos coups de cœur, mais déjà on peut citer : Fjellbacka (et ses maisons rouges), les fjords de Norvège, Les Lofoten, le Cap Nord, le Telémark, Tromso et son musée, les musées samis (lapons), Stockholm, Ystad, (on en rajoutera au fur et à mesure).
En tout cas ce fut un superbe voyage plein d’enseignements, d’images et de souvenirs qui perdureront j’espère.
Et déjà on pense au prochain : les pays baltes, la Russie et Saint Pétersbourg, le Sud de la Finlande ou la Turquie (avec la Grèce bien sûr) ou …

Merci encore à tous ceux qui nous ont suivis et encouragés
A l’année prochaine !

De Blankenheim à Verdun (Luxembourg – Metz)

De Blankenheim à Verdun (Luxembourg – Metz)

Ce matin direction le Luxembourg et un premier arrêt un peu décevant à Echternach à la frontière allemande. Puis Luxembourg, sa vieille ville, son palais du grand duché, ses églises bien sûr, ses rues commerçantes (grande rue), … Et dégustation d’une spécialité locale la bouchée à la reine (avec des frites çà va de soi) place d’armes.
Drôle d’entendre de nouveau parler français et de voir toutes les inscriptions en français, même du coté allemand.

Palais du grand duché

Ensuite le centre Pompidou de Metz avec ses expos bien intéressantes sur l’Opéra (la quête d’un art total), sur Rébecca Horn (théâtre des métamorphoses) et sur Lee Hufan (habiter le temps). Un peu intello mais vraiment bien.

Centre Pompidou Metz
L’immense décor d’opéra à l’entrée
Le beau parvis des droits de l’homme en face du centre

Puis direction la maison et couchage « sauvage » dans la forêt près de Verdun mais encore une fois sous la pluie.
Demain on rentre à Bois le Roi et on l’espère sous un beau soleil

De Stolzenau à Blankenheim

De Stolzenau à Blankenheim

Départ sous la pluie pour descendre vers le massif de l’Eifel. Une grosse partie par l’autoroute A1. Un trajet quelque peu fastidieux pour atteindre le camping Camp Eifel près de Blankenheim. Une belle contrée qui ressemble pas mal aux Ardennes (c’est le même massif).
On a eu le temps avant la pluie de faire le tour du beau petit lac en face du camping et là on attend qu’elle cesse.
Il semblerait qu’on finisse notre périple comme il avait débuté : sous la pluie. Pas réjouissant !
Demain on va essayer (çà dépendra de la météo qui ne parait pas fameuse) de faire un tour au Luxembourg qu’on ne connait pas, ce qui est d’ailleurs bizarre car ce n’est pas très loin de nos Ardennes natales.

De Ribe à Stolzenau

De Ribe à Stolzenau

Direction l’Allemagne ce matin après une petite vérif de la pompe à fuel ; toujours une petite fuite mais çà devrait aller. Des champs à perte de vue (des éoliennes aussi d’ailleurs) dans le Sud du Danemark et dans le Schleswig-Holstein avant l’embouteillage d’Hambourg (une bonne heure) pour passer l’Elbe.
Couchage dans la Saxe (Mittelweser) dans la petite ville de Stolzenau (camping simple et sympa) bien représentative d’une petit ville saxonne et terrasse (bières et pizza à un prix raisonnable) ; comme c’est bon de pouvoir se prélasser en terrasse (çà nous manquait). Une impression d’être dans un autre monde !
Retrouvés au camping les deux combis qui nous avaient doublés sur la route. Sympa aussi.

Un drôle de clocher
Toujours Stolzenau

Moins sympa l’immense convoyeur du complexe en face du camping en train de charger une péniche sur la Weser.

Ribe

Ribe

Départ tranquille de Copenhague malgré les petites tâches de fuel que sème notre fourgon pour rejoindre Ribe sur la côte de la mer du Nord dans le Jutland (un centre commercial important à l’époque viking) ; c’est la plus ancienne et la plus célèbre cité médiévale du Danemark. Une ville qui a su préserver son caractère et son atmosphère autour de sa cathédrale. Une cathédrale (en tuf et en granit) qu’on ne peut oublier avec ce mélange d’ancien (fresques médiévales, stalles superbement sculptées,… ) et de moderne (mosaïques et peintures du chœur).
La vielle ville vaut aussi le coup et c’est un vrai bonheur de se promener dans ces vielles rues (comme la sublime Fiskergarde), et le long de son petit port. Une visite à ne pas rater.

dav
La statue du missionnaire Ansgar (en l’an 860). Elle symbolise le conflit entre le christianisme et les anses (les nombreux dieux vikings). Elle est coupée en deux à l’épaule, sa main droite bénit et sa main gauche retient le diable.
La Fiskergarde
Une journée à Copenhague

Une journée à Copenhague

Copenhague mérite bien une visite et une journée n’est pas suffisante pour l’appréhender complètement, mais une c’est déjà pas mal. Autrement on a joué au touriste : arrivée à la gare, Tivoli, la place de l’hôtel de ville (et sa statue du dragon), la rue commerçante de Stroget, la nouvelle place royale, le nouveau port et ses quais (assez tranquilles le matin mais plus que bondés l’après-midi et à la limite du supportable), la petite sirène bien sûr, la place du palais royal d’Amalienbourg (ses quatre bâtiments identiques et son palais royal), le quartier latin très sympa, et j’en passe …
mais ce qu’on a vraiment apprécié ce fut le musée du design danois (avec en plus ses expos sur l’art nouveau et le Bauhaus), où on a regretté de ne pas avoir d’explications en français (en anglais on se lasse au bout d’un moment), sinon on aurait pu y rester des heures tellement c’était intéressant. Le beau au service de l’utile.
Pas eu le temps, ni l’énergie de faire un tour au quartier libre de Christiana, ni le château de Rosenborg, ni ….
Mais ce fut une bien belle journée ensoleillée en plus !

Quartier de la gare
Tivoli
Stoget
Théâtre
Les quais le matin
Les quais
Le quais
Les quais
Les quais l’après midi
Les quais
L’opèra
Place d’Amalienbourg
Palais royal place d’Amalienbourg
Musée du Design
Musée du Design
Musée du Design
La tour ronde
Quartier latin
Cinéma le Plands (pas sûr du nom)
D’Ystad à Copenhague

D’Ystad à Copenhague

Mauvaise surprise ce matin : une fuite de fuel. Après un petit tour aux plages en face le camping direction le garage ; verdict : la pompe gasoil fuit et il faudrait la changer. Une semaine d’immobilisation serait nécessaire ! Impossible pour nous. Réparation provisoire avec remarque : « çà peut tenir deux heures ou deux ans ». Tellement rassurant qu’on décide de rentrer doucement et de quitter la Suède, mais tout en continuant à faire du tourisme. Donc direction Copenhague et son camping pour visiter la ville demain. On croise les doigts pour la suite !
Opération lessive (toujours la galère), nettoyage, rangement, … au camping et « prélassage » au soleil danois. Pas souvent ces vacances !

Ystad
Ystad
Ystad
Pont Storebaeltsbroen
Scanie

Scanie

Après une nuit passée au camping de Kristianstadt qui nous a rappelé les anciens campings municipaux français (confort y compris), direction la côte de la Scanie jusqu’à Ystad par des routes bien plus intéressantes, la 118 et la 19 avec des arrêts à :

Kivik, son petit port, ses maisons typiques et surtout son monument de l’âge de bronze Kungagraven exceptionnel : un cairn de 75 m de diamètre avec une chambre funéraire tapissée de 8 dalles recouvertes d’énigmatiques signes et dessins (on remarque quand même des représentations d’animaux comme des chevaux). On peut aussi randonner dans la réserve de Stenshuvud sur la route après le cairn.

Pique nique sur la route : crevettes et salade de saumon

Simrishamm, son port, ses belles maisons de Scanie, ses roses trémières et ses touristes

Et enfin Ystad, où nous dormons au camping (bien plein), la ville de Kurt Wallander ; Mankell a utiliser les vrais noms de lieu dans ses policiers et il y a des mordus qui essaient de retrouver tous les lieux. Une ville superbe et un coup de cœur ; un vrai bonheur de déambuler dans cette ville médiévale (plus de 300 vieilles maisons en bois du 16° au 18 siècle).
En plus on y trouve de magnifiques plages de sable (peut être les plus belles de Suède). Malheureusement il faisait trop froid pour y musarder (et encore moins s’y baigner).

Une bière pour Jacky et une bière pour Catherine !
Pas anciennes mais datant de 1905
De Kalmar à Kristianstad

De Kalmar à Kristianstad

Toujours la route E22 pour descendre dans le Sud et toujours le même ennui. Deux arrêts quand même avant de rejoindre la Scanie :
Karlskrona la maritime (elle s’étend sur une trentaine d’îles) avec son beau musée maritime. Rencontre sur le port avec le grand voilier Gloria colombien (elle accueille souvent des courses de grands voiliers)


Ronneby, sa jolie petite église Sainte Croix du XII siècle. Gravement endommagée lors de la guerre Nordique de 7 ans (1563-1570) entre suédois et danois, elle fut restaurée au XVI siècle. Des fresques magnifiques furent crées comme la danse macabre (entre autre). Un charme fou comme le quartier tout autour avec ses vieilles maisons du XVII (et ses petits musées). A découvrir !

Couchage au petit camping de Kristianstad. Visite de la ville (bof, à part le théâtre). Sur le chemin du retour une odeur des frites titilla nos narines, et n’ayant pu résister, on s’est payé un hamburger frite de luxe. Miam !!

Île d’Oland

Île d’Oland

L’île un vaste plateau calcaire recouvert d’une fine couche arable et balayée par les vents. Toute la partie Sud de l’île est un patrimoine mondial de l’Unesco. On y retrouve des moulins à pivot, des pierres plantées de toute forme faisant cercles, triangles, ovales ou …, des pierres runiques, des murs en pierre comme limites de propriété, des landes, des réserves naturelles notamment celle d’Ottenby (avec son phare) à l’extrémité sud de l’île (ancien domaine royal clos par un mur rectiligne construit en 1650 sur ordre du roi Charles X) avec ses cygnes (une surprise), ses cormorans,  ses phoques qui se prélassent au bord de la mer. Un vrai régal de s’y promener.

Mais cette île est surtout connue pour ses forteresses circulaires habitées du 3 au 13 siècle (par intermittence) qui les protégeaient des pirates ou autres envahisseurs. Celle d’Eketop bien restaurée est la plus intéressante. On peut aussi voir les ruines de celle de Graborg plus grande (200 m de diamètre).

On n’oublie pas les petits ports comme Blasinge, Farjestaden ou Gronhogen.

Une belle journée de tourisme malgré un temps frais et humide (du vent aussi). Demain on se rend en Scanie pour clore le périple suédois.