Archives de
Auteur : jacky rozo

Parc naturel de la Sierra et des gorges de Guara

Parc naturel de la Sierra et des gorges de Guara

Ce mardi 27 Juin, direction la terre mythique des canyonistes, le parc naturel de Guara. Plutôt une journée découverte en empruntant la A 2205 à partir d’Ainsa. Belle petite route qui devient superbe après Barcabo. Un pays de gorges et de cañons, tous plus spectaculaires les uns que les autres. Des vues  grandioses et une petite descente (à pieds secs bien sûr) dans le rio Véro, l’un des plus connus. Déjà du grand spectacle surtout lorsqu’on s’arrête (après avoir remonter bien sûr) au mirador du Rio Véro, pour contempler le vol des aigles au dessus de nos têtes ; on reste scotché  (à ne rater sous aucun prétexte).

Et le spectacle continue (toujours en suivant cette route) avec la succession de gorges plus sauvages les unes que les autres (au pont du diable par exemple), jusqu’au magnifique village d’Alquézar (nom qui vient de l’arabe El ksar : le château). Un peu trop beau d’ailleurs ; on se croirait dans un décor de théâtre ou de cinéma. Il n’y aucune vie à part au mois d’Août avec les touristes (tout est fait d’ailleurs pour eux) ; pas un seul rade d’ouvert pour une petite collation. Une très belle promenade dans la ville quand même jusqu’au château  (fermé hors saison), dans un univers de pierres rouges ou rougeâtres.

Un parc fait pour le canyoning, mais on peut y trouver de superbes randonnées (pas toujours faciles).

Aragon – De Biescas à Ainsa

Aragon – De Biescas à Ainsa

Du tourisme ce lundi 26 juin et des visites de villes ou villages par un temps plus que médiocre, surtout le matin. D’abord le beau village authentique de montagne Torla (une porte d’entrée du parc d’Ordesa), qui nous ferait penser à Besse par son ambiance et la couleur de la pierre .

Puis, sur la route, le village abandonné de Janovas à la triste histoire. Un projet de barrage, datant de 1917, a conduit sous le régime franquiste à une expropriation plus que musclée et même incroyable, dans les années 1960 : une destruction à la dynamite des maisons du village par l’entreprise chargée du projet Iberduero . Ils sont même allés jusqu’à sortir de l’école les élèves (certains violemment : les filles tirées par les cheveux par exemple) le jour même de la destruction de l’école. Et on ne parle pas des menaces ou autres intimidations (même les plus coriaces sont partis après 20 ans de lutte) ! Un barrage qui bien sûr n’à jamais vu le jour (tiens çà m’évoque quelque chose).

Aujourd’hui les anciens habitants et surtout les descendants se battent pour recouvrer leurs droits. Une ambiance et un lieu singuliers.

Enfin visite du beau village bien touristique d’Ainsa (la vieille ville) et sa superbe place Mayor. Une rénovation presque trop bien réussie. Couchage au camping bof bof (à éviter à tout prix par temps de pluie si vous voulez repartir le lendemain !) de Morillo de Tou dans un centre de vacances.

Rando parc d’Ordesa – Mont Perdu

Rando parc d’Ordesa – Mont Perdu

Ce dimanche 25 Juin, pas de repos dominical mais de la rando, et une belle dans la vallée d’Ordesa, la plus connue et la plus courue du parc d’Ordesa – Monte Perdido (une des plus grandes réserves écologiques européennes). Une rando de 5h30 à 6h30 pas très difficile (550 m de dénivelé) qui suit le GR11, le long du Rio Arazas. Départ du parking La Pradera après le beau village de montagne de Torla (touristique aussi)

Des cascades sublimes le long de ce parcours : l’Estrecho, la Cueva, les gradins de Soazo, ou la dernière Cola de Caballo (dans le cirque de Soazo). En toile de fond les sommets du monte perdido (dans les nuages) bien sûr (3355 m), du cilindro et du soum de Ramond : les cœurs pétrifiés des sœurs de pierre (trois belles bergères qui refusèrent les avances de trois guerriers et qui se transformèrent en pierre le matin). Une rando unique !

 

Les églises romanes du Serrablo

Les églises romanes du Serrablo

Au pogramme ce samedi 24 Juin un circuit des églises romanes du Serrablo (vallée de la Tina) du X ou XI siécle ; on les appelle aussi églises Mozarabé du nom des chrétiens espagnols sous le joug des arabes (avec des caractéristiques arabes lors de leur construction), même si les habitants de cette région ont su résister et garder leur coutumes (comment ont-ils pu construire de tels édifices sous la pression des arabe). Romane, Mozarabé un sujet de débat en Espagne.

On avait un audioguide en français sur ces belles églises romanes (on a du faire une réaction au baroque !) superbes et bien spécifiques (elles forment un ensemble bien homogène). Une structure simple à une nef finissant en abside semi-circulaire ; des arcs en trompe l’œil et des frises « baquetone » (moulage continu rectiligne en relief) ; une tour clocher souvent à triple fenêtres, des portes avec archivolte, …

On avait aussi des informations sur les villages ou autres lieux importants (comme la cascade « Barranco d’os lucas ») qu’on rencontrait.  Un mode de tourisme qui nous a bien plus et qu’on essaiera de renouveller.

Le blanc que vous voyez pour clore les différentes baies correspond à de l’albâtre.

Rando Respomuso – Vallée de Tena

Rando Respomuso – Vallée de Tena

Une superbe rando ce vendredi 23 Juin en empruntant le GR11. Départ du beau village Salent de Gállego (à 10 km de la frontière) jusqu’à la retenue de Respomuso â 2160 m d’altitude (refuge du même nom). Un de plus de 6 heures (AR), pour une vingtaine de km et un peu plus de 800 m de dénivelé ; on peut raccourcir en partant de la retenue de Lassara. Des cascades magnifiques et pour certaines magiques, un cañon bien sûr  (à l’origine du mot français canyon d’ailleurs) et de l’eau partout pour se rafraîchir et se doucher. Des vues sublimes sur les pics autour de cette retenue de Respomuso ; certains comm le pico moros ou les picos de la Frondella culminent à plus de 3000 m

Une belle journée passée dans la fraîcheur. On vous en envoie un peu d’ailleurs avec ces photos.

 

 

Des Bardenas à Biescas (vallée de Tena – Pyrénées)

Des Bardenas à Biescas (vallée de Tena – Pyrénées)

Ce jeudi 22 Juin direction les Pyrénées (la vallée de Tena) et leur fraîcheur. Un début de route en Navarre peu reluisant, parmi les élevages intensifs (comme les cultures d’ailleurs) avec une bonne odeur, puis çà s’élève en Aragon et les paysages deviennent intéressants. La route longe le rio Aragon, la retenue de Yésa (peu de lacs naturels en Espagne, mais beaucoup de retenues pour la production d’électricité  ; un peu trop pour beaucoup de monde dans le pays) jusqu’à la vallée de Tena dans les Pyrénées et plus spécialement Biescas. Biescas déjà un village de montagne en pierre, schiste et ardoise, peut être un peu trop refait d’ailleurs.

Couchage au camping Gavin près de biescas, pas mal et surtout bien ombré. La fraîcheur est bien là !

 

 

Les Bardenas Reales

Les Bardenas Reales

Un désert au menu de ce Mercredi 21 juin : le désert des Bardenas entre Navarre et Aragon. Un site unique et hors du temps (encore merci à Valérie pour nous l’avoir recommandé). Du rouge et du blanc (negra ou blanca), des paysages grandioses, des reliefs fantastiques (comme la Cabezo de Castildefierra, cette roche solitaire dressée vers le ciel et emblème du parc) de sables gréseux ou marneux.

Un tour en « voiture » d’une trentaine de km  (32 km) pour découvrir ce lieu, et la possibilité de quelques échappées pédestres. Difficile de randonner dans ce parc (la plupart des chemins sont interdits), surtout avec cette chaleur (aucune ombre bien sûr). Une sacrée découverte !

Autrement, il fait bien chaud et on atteint les 40 degrés à 16h30. Donc application de la trilogie : siesta, piscina, cerveza. Et, quand même la préparation de notre dernière  phase de voyage en Espagne : les Pyrénées aragonaises (vers le parc d’Ordesa) et leur fraîcheur  (on espère !).

D’Albarracin aux Bardenas

D’Albarracin aux Bardenas

Direction les Bardenas, sous les conseils avisés de Valérie, ce Mardi  20 juin. Une belle route jusqu’à Calatayud et une symphonie de couleurs, rouge (couleur de la rioja), de vert, puis de jaune, et du blanc. Un vrai bonheur !

D’abord la traversée des monts universels : du vert bien sûr sans rencontrer âme qui vive (par la 1512). Puis le sauvage parc del Alto : du rouge et du vert. Un arrêt dans la belle ville moyenâgeuse de Molinà del Aragon pour admirer ses remparts arabiques du XI siècle, son pont médiéval, et ses maisons rouges (on se croirait à Collonges la rouge). Et enfin le plateau aragonais avec le jaune des cultures et le blanc de la Sierra de Caldereros.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couchage au camping Bardenas de Villafranca, très propre et correct, avec quand même des places un peu riquiqui ! On entend parler que français ! Cà sent la fin du périple !

Cañon de los Arcos – Monts universels

Cañon de los Arcos – Monts universels

Belle rando ce lundi 19 Juin « Barranco de la Hoz » SL-TE-40 qui part de Calomarde et rejoint Frais de Albarracin, pour une durée AR de 5 à  5 h30 selon le nombre d’arrêts et de photos (pour la totalité du parcours). On démarre d’une manière grandiose par le Cañon de Los Arcos avec des passages où il ne faut pas avoir le vertige, puis des passerelles et des ponts avec toujours des vues à couper le souffle. Du grand spectacle. Un seul bémol : la couleur (et le contenu) de l’eau qui malheureusement n’invite pas à la baignade. La partie après la fontaine « Berro » offre peu d’intérêt. A ne pas rater !

Repos bien mérité ensuite au camping et cerveza comme reconstituant. Demain on décolle pour Saragosse s’il n’y fait pas trop chaud, sinon direction les Pyrénées pour plus de fraîcheur. En tout cas un super plan cette ville d’Albaraccin, sa Sierra et son camping bien agréable. A retenir !

Monts universels – Rando Bronchales

Monts universels – Rando Bronchales

En ce dimanche 18 du mois de Juin, rando à la fraîche près du village de montagne Bronchales dans les monts universels, à plus de 1500 m d’altitude. Une quinzaine de kms à travers les pins et les cystes (par le chemin des vaches), avec des belles vues sur les monts autour. Rando un peu décevante (Ruta 5 : « Mirador El Borrocal »), malgré la présence d’un sentier éducatif sur la mycologie et d’un air frais et revigorant ; on est peut être maintenant un peu trop exigeant.

Autrement, belle route pour y accéder avec un col à plus de 1700 m et un canyon à la sortie d’Albarracin. Retour plus délicat par contre, avec l’orage qu’on a évité de peu pour la fin de la  marche.